Le CNRS en Côte d'Azur
Atomes Froids
GDR3577 (CNRS)

1361 route des Lucioles
les lucioles 2
06560 VALBONNE
Tel. : 04-92-96-73-00
Mel :

Date de creation : 01/01/2013
Date de renouvellement : 01/01/2017
Direction: Robin KAISER
Activités:
Département scientifique: INSTITUT DE PHYSIQUE
Type d'activité: Recherche
Section: 08 - 02 - 04
Thématiques:
La mission du groupement s’articule dans six thématiques principales, couvrant le spectre très large de la physique des atomes froids et de leurs liens avec d’autres domaines de recherche de pointe, ainsi que de la diffusion et de la formation à la recherche.
La France a joué un rôle pionnier et joue toujours un rôle central dans le développement de la physique des atomes froids, couronné par le Prix Nobel attribué à Claude Cohen-Tannoudji en 1997. Partant de l’Ecole Normale Supérieure, la thématique s’est élargie progressivement et implique aujourd’hui de nombreux laboratoires hors région Parisienne (Lille, Caen, Lyon, Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Montpellier, Marseille, Nice), comprenant une centaine de chercheurs et enseignants-chercheurs.
Plusieurs « ponts » ont été créés avec d’autres domaines, comme la métrologie et la physique de la matière condensée. Il apparaît donc nécessaire qu’un mécanisme de coordination nationale soit mis en place, favorisant non seulement les échanges purement scientifiques, qui sont déjà très intenses, mais aussi les efforts au niveau de l’ouverture à d’autres disciplines, de la formation, de l’interface sociétale et de la communication.
Ce GDR vise à satisfaire ces besoins et permettre une structuration nationale de la communauté qui jouera à n’en pas douter un rôle bénéfique sur son rayonnement au niveau européen et international.

Description:
La physique des atomes froids est au centre de ce qu’on appelle la “deuxième révolution quantique”, caractérisée par une maîtrise croissante de la synthèse et du contrôle de systèmes quantiques complexes.
Une telle maitrise ouvre la route à des tests fondamentaux de la théorie quantique pour des systèmes à N corps, et pour des ondes de matière et lumineuses en milieux complexes; la réalisation des premiers prototypes de “simulateurs quantiques analogiques”, qui visent à implémenter la physique de modèles qui défient la simulation numérique ordinaire, et dont la compréhension promets des progrès dans d’autres domaines (physique de la matière condensée, physique des hautes énergies, etc.); l’implémentation des premiers algorithmes de calcul quantique et de correction quantique de l’erreur; l’application à la métrologie, permettant des tests fondamentaux de la relativité, de la dépendance temporelle des constantes fondamentales, etc., éventuellement en exploitant tout le potentiel des états non classiques de la matière.
Plusieurs des objectifs décrits ci-dessus sont partagés avec d’autres domaines de recherche - en physique du solide, nano-physique, optique quantique, etc. - et des liens très fertiles sont en train d’être établis entre la communauté des atomes froids et les communautés respectives.